Aurélie

Fil d'espérance

Aurélie Loaëc
Voyageuse et blogueuse en fauteuil roulant
Auteur de la Page communautaire
I wheel travel

 

Je redoutais le moment du passage en fauteuil roulant. À ma grande surprise je n’ai pas été submergée par un sentiment de tristesse, de gêne ou de honte. Je me suis sentie libre ! Je retrouvais plus d’autonomie dans mon quotidien, plus de liberté.
Vivre mon handicap, l’accepter m’a permis de vivre tellement de choses que je n’aurais jamais vécues sans cela. Ce sentiment de liberté s’est décuplé lors de notre voyage au Japon. Je prenais conscience de tout ce que je pouvais faire. Je me suis ouverte au monde et je me suis redécouverte moi-même en découvrant ce sentiment de liberté. J’étais capable de faire bien plus de choses que je ne le pensais et ce n’est pas le handicap qui m’empêchait. J’étais ma propre limite. Ce voyage a été un moment important de ma vie. J’y ai compris et ressenti beaucoup de choses. Je me suis sentie vivre. J’étais heureuse et sereine. J’avais accepté encore un peu plus mon handicap. Sans le handicap j’aurais sans doute été une personne différente, j’aurais eu d’autres envies, j’aurais peut-être moins voyagé. Mais la maladie fait bel et bien partie de ma vie et m’a fait prendre conscience de ce que la vie nous offre, même en situation de handicap.
Nous sommes souvent notre propre limite alors que nous pouvons être heureux malgré le handicap. Il est possible d’avoir des rêves et de les réaliser malgré le handicap. C’est pour faire passer ce message que je continuerais à vous raconter mes aventures sur I wheel travel. Pour apporter une petite dose de rêve dans ce quotidien pas toujours facile tout en invitant à la réflexion sur l’handivoyage.
L’aboutissement d’une nouvelle liberté en fauteuil roulant !

Sans le handicap
j’aurais
sans doute été
une personne
différente

Je n’ai pas été submergée
par un sentiment
de tristesse,
de gêne
ou de honte,
Je me suis senti
libre !

Paraplégique, Strumpell-Lorrain

La vie d’Aurélie n’est pas une vie dédiée à la maladie mais plutôt, une vie dédiée à la passion des voyages, passion qui n’a jamais été aussi forte, car motivée par sa maladie. S’il est vrai que les voyages forment la jeunesse, ils sont, pour Aurélie, plutôt l’apprentissage d’une nouvelle vie, l’aboutissement d’une volonté, celle de continuer de voyager et de parcourir le monde.

 

Nous vous invitons à AIMER NOTRE PAGE https://www.facebook.com/nosportraitsnosforces/
Droit d’utilisation du contenu texte et photographique accordé par le co-auteur, par consentement tacite à l’utilisation de son image.
Le contenu texte de cette page est extrait du livre Le fil rouge d’entre nos vies.
Ebook du livre disponible sous la rubrique Couverture.

Retour aux portraits