Serge

Fil d'espérance

Serge Vandlair
Auteur de Pour l’instant… il fait beau
et de Humeurs en vrac

 

Serge contourne ses premières difficultés à la marche tout d’abord avec sa canne qui l’accompagne dans tous ses déplacements, puis peu à peu, il commence à sentir ses jambes se dérober sous son corps. Serge ne supporte pas la compassion permanente ; alors que l’aide pourrait être prise comme un soutien, il préfère, malgré ses difficultés quotidiennes et permanentes, travailler sur lui-même, et être maître, encore de son destin de malade. Sa méthode est celle du : je t’emmmmmerdeeeeee !
Les saveurs je veux les connaître maintenant que je peux le faire
« Dans la mesure où ce que je fais ne vous dérange en rien, c’est l’expression imagée qui part du fin fond de mes poumons pour terminer en explosion dans ma bouche ». Ce qu’il aime plus que tout est de transmettre son savoir. Il devient formateur actif dans l’aide aux devoirs et aux cours de soutien pour adolescents et collégiens. L’argent n’est pas, n’est plus depuis longtemps d’ailleurs, son moteur mais plutôt ce plaisir qui l’envahit à chaque fois qu’il enseigne et peut partager, transmettre un savoir. Une manière aussi de donner un vrai sens à sa vie ! « Je n’ai jamais été aussi bien dans ma tête que depuis que je n’ai plus mes jambes » déclare t-il, « le fauteuil n’est pas la fin d’une vie, mais le début d’une autre ». Aujourd’hui il vit avec ce sentiment d’être un autre. Ses moments de rire et de plaisir sont remplis de sincérité et de remerciements. Un toit sur la tête et de quoi manger chaque jour suffisent à son bonheur.
Je sais, non pas le prix de la vie mais je connais sa valeur
Serge vit au jour le jour et voudrait faire ce qu’il n’a pas pris le temps de faire, aveuglé « par cette spirale du quotidien ». Il a plein de projets dont voler, voler en parapente, planeur ou encore réaliser un saut à l’élastique. « Je n’ai rien à me prouver, je crois en moi c’est tout. Et jamais dans ma vie de valide je n’aurais osé le faire. Les saveurs je veux les connaître maintenant que je peux le faire ».
« Vivre vite parce que la vie défile, mais surtout parce que la vie d’un malade sclérosé défile encore plus vite. Il s’émerveille de chaque instant comme le souffle du vent dans une charpente séculaire ». Le livre que Serge a écrit Pour l’instant… il fait beau, il aimerait le mettre à disposition des patients dans les cabinets des neurologues et leur dire que il ne vit pas contre la maladie… mais avec elle.
« Tout est excuse pour profiter. On me posait souvent la question : est-ce que tu marches dans tes rêves ? Oui je rêve que je gravis des montagnes. Puisez en vous, pour que cette nouvelle vie commence et vous surprenne ».
Le fauteuil n’est pas la fin d’une vie, mais le début d’une autre

Jamais
dans ma vie
de valide
je n’aurais osé
le faire

Je n’ai jamais été
aussi bien
dans ma tête
que depuis
que je n’ai plus
mes jambes

Sclérose en plaques

Celui qui se considère avec humour comme « un nanti », cultive son impatience en profitant de l’instant, avant qu’il ne lui échappe. Sa passion de la formation est sa manière à lui de donner un sens à sa vie : redonner à son existence un second souffle aussi, depuis que la sclérose en plaques l’a cloué sur un fauteuil. Après le partage des connaissances, il partage avec humour ses humeurs par l’écriture. Il dévoile à ses lecteurs les péripéties de cet homme en devenir, surpris par sa nouvelle vie, et aussi parfois de lui-même.

 

Nous vous invitons à AIMER NOTRE PAGE https://www.facebook.com/nosportraitsnosforces/
Droit d’utilisation du contenu texte et photographique accordé par le co-auteur, par consentement tacite à l’utilisation de son image.
Le contenu texte de cette page est extrait du livre Le fil rouge d’entre nos vies.
Ebook du livre disponible sous la rubrique Couverture.

Retour aux portraits